Pour ceux qui ne sont pas encore informés, le gouvernement a récemment dévoilé les détails tant attendus de la formule de location de voiture électrique à 100 € par mois. Cet objectif de loyer mensuel abordable a été clairement énoncé par l’État. Cependant, les offres sont encore plus attractives dans certains cas. Il est désormais possible de conduire une Renault Twingo zéro émission pour seulement 40 € par mois ou une Citroën ë-C3 pour un tarif légèrement supérieur de 54 € par mois. Comme prévu, de nombreux intéressés ont déjà soumis leur dossier après avoir pris connaissance de ce dispositif.

Une demande de location de voiture électrique de plus de 80 000

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a souligné le franc succès de la plateforme avec « plus d’un million de connexions » et « plus de 80 000 personnes ayant exprimé leur volonté d’être recontactées dès la disponibilité des premiers contrats, effectuée le vendredi dernier ». Cette réussite est indéniable.

En parallèle : Les questions à se poser avant de choisir une compagnie de VTC

Cependant, en raison d’une prévision de validation de seulement 20 000 dossiers en 2024 par l’État, le nombre d’heureux bénéficiaires sera malheureusement limité. Cette limitation découle d’une « production insuffisante ». L’État devra opérer des choix. La priorité sera accordée aux personnes dépendant de leur voiture pour se rendre au travail, comme l’a expliqué la ministre à la publication.

Elle a également souligné que le groupe Stellantis serait prêt à fournir davantage de véhicules dans le cadre de ce dispositif en cas d’un intérêt accru de la part des Français. L’objectif pour 2025 est d’atteindre 50 000 dossiers de leasing. Cette amélioration, selon la ministre, reste cependant insuffisante pour satisfaire la forte demande.

A lire aussi : C'est quoi une révision ?

Restez informer et découvrez d’autres actualités auto/moto sur https://bmw-z1.fr/.

Interrogations suscitées par l’enthousiasme croissant

En dépit de certaines demandes impossibles à honorer, l’engouement des Français pour l’offre de location de voiture électrique soulève des interrogations. Ce phénomène positif pour le gouvernement indique la volonté des Français de passer à l’électrique, pourvu qu’ils bénéficient d’incitations financières. Néanmoins, la situation en Allemagne montre clairement qu’une baisse ou un arrêt des subventions impacte directement les ventes de voitures électrifiées.

Outre-Rhin, les immatriculations de modèles hybrides rechargeables dépourvus de subventions ont chuté de 51 % l’année dernière. Les voitures électriques, dont les subventions ont été considérablement réduites, ont enregistré une croissance modeste de 11,4 % en 2023. En fin d’année, les ventes de véhicules électrifiés ont fortement décliné en novembre et décembre. Les baisses respectives ont atteint 39 % et 58 % par rapport à décembre 2022, ce qui est préoccupant.

La perspective de l’arrêt total des aides en 2024 :

  • A été confirmée en décembre
  • A suscité des inquiétudes

Le journal économique Handelsblatt remet en question l’objectif de 15 millions de voitures électriques en le qualifiant d’« illusoire ». Face à cette situation, l’État français n’a d’autre choix, tant qu’il le peut, que d’accompagner l’électrification du marché. Il doit le faire en maintenant des subventions pour la location de voiture électrique.